Retour accueil

Vous êtes actuellement : Commissions  / CAPD  / CAPD 2010-2011 


CAPD du 18 janvier 2011

jeudi 20 janvier 2011

CAPD 18 janvier

1 – demande de permutations

Cette année, 105 collègues du département ont participé aux permutations informatisées. Pour rappel, il y avait eu 97 collègues concernés l’an passé, et 25 avaient quitté le département.


2 – départ Stages longs

Une collègue a demandé à partir en formation DEPS (psychologues scolaires). L’IA a réservé sa réponse car elle n’est pas sûre de pouvoir financer cette année de stage.
La situation des psychologues scolaires en Mayenne est catastrophique, les postes qui sont en nombre insuffisant (16 pour un besoin de 23) ne sont déjà pas tous pourvus (14 seulement). Si une collègue doit rentrer de formation en septembre, 2 départs à la retraite sont probables.
C’est donc avec un nombre de psychologues moins important que va s’effectuer la rentrée 2011. Alors qu’ils sont déjà appelés à travailler en dehors de leur secteur (environ 1 400 élèves au lieu de 1 000), la préparation des dossiers de suivi MDPH est sans cesse grandissante.
Il faut voir dans cette non décision les premiers effets des 15 suppressions de postes pour la rentrée 2011. L’intérêt des élèves est bien loin.


3 – Circulaire mouvement

L’IA reste inflexible sur la communication du projet d’affectation 15 jours avant la CAPD, malgré les 49 erreurs répertoriées et corrigées grâce au travail des délégués du personnel.
L’IA a maintenu sa décision d’attribuer des postes dits « à exigence particulière » hors barème. Ces postes sont attribués après délibération d’un jury composé de membres de l’Inspection académique, sans que l’obtention d’un diplôme pourtant requis dans les textes officiels soit un élément déterminant.
Ainsi, un collègue n’étant pas titulaire d’un CAFIPEMF pourrait être nommé conseillé pédagogique au détriment d’un collègue pourtant titulaire du certificat.
L’Inspection académique a également décidé de durcir sa gestion des Congés Longue Durée en ne conservant le poste d’un collègue en CLD que durant un an et un jour. Sous prétexte de stabiliser les écoles, l’IA s’éloigne d’une gestion humaine de personnels en situation fragile.


4 – Circulaire temps partiel.

Après avoir supprimé le temps partiel à 80% sur autorisation, l’IA décide d’en limiter l’octroi de droit aux parents d’enfants âgés de moins de 3 ans.
Le principe est que si l’année scolaire n’est pas complète, l’annualisation n’est pas possible. Donc si l’enfant atteint ses 3 ans avant le 4 juillet, les parents ne peuvent plus prétendre à un 80% annualisé. C’est une interprétation très comptable des rares avantages sociaux des enseignants du 1er degré.
La triste réalité est l’astuce, à courte vue, pour économiser au mieux 3 postes (équivalents temps pleins de salaire), tout en créant autant de surnombres dont l’administration ne sait pourtant que faire !
Là encore, il faut y voir une conséquence des suppressions de postes.


7 – PE Hors Classe :

Avancement  :
9 collègues sont concernés. Tous les PE Hors Classe avancent au même rythme, donc sans barème.
Le SNUipp revendique la disparition de la Hors Classe, que la grille indiciaire soit refondue pour comprendre un 11ème échelon terminal à l’indice 783 (celui de la Hors Classe) et que l’avancement soit identique pour tous au rythme le plus rapide.

Intégration dans la Hors Classe :
Nous ne connaissons pas le nombre de PE intégrables, toutefois la CAPD a classé les 20 premiers [barème = (échelon x 2) + (note x 2) + 1(directeur ; ZEP)] pour que les collègues éventuellement retraitables puissent se déterminer avant le mouvement.
Le SNUipp a demandé que le ministère respecte enfin les textes en portant à 15% du corps des PE le nombre de PE Hors Classe (actuellement moins de 3%). Les conditions actuelles ne permettent pas d’envisager la création de CAPD pour les PE Hors Classe comme souhaite l’imposer le ministère, leur nombre n’étant pas assez important pour y assurer la représentation des personnels.


6 - Questions diverses

  • Utilisation d’adresses de parents de l’école publique par l’enseignement catholique
    Le SNUipp a interrogé l’administration sur le fait que des collèges privés mayennais possèdent les listing des parents d’élèves d’enfants de CM2 d’écoles publiques et se permettent d’écrire des courriers aux domicile des familles pour promouvoir les collèges catholiques (cas à Bonchamp, Laval, L’Huisserie). Le SNUipp précise qu’en aucun cas il n’a pensé à un détournement du fichier BE1d !
    L’IA s’est elle même étonnée de ce procédé, a assuré ne pas être à l’origine des « fuites » et qu’elle tenterait de faire le clair sur cette question.
  • Frais de déplacement
    L’IA s’est félicitée de la mise en place des nouveaux outils de gestion des frais de déplacements qui auraient donné grande satisfaction aux collègues. Il n’en reste pas moins vrai que nombre de collègues n’ont toujours pas reçu les frais qui leurs sont dus depuis au moins deux mois.
    L’administration admet que c’est le problème de la fin des exercices budgétaires et qu’il sera procédé au remboursement des arriérés début février.
    Il est aberrant qu’une administration puisse fonctionne grâce à l’argent de ses fonctionnaires (ex : un psychologue scolaire, encore eux, peut avancer sur son budget jusqu’à 600€.)
  • Professeurs des écoles stagiaires (PES)
    Le SNUipp-FSU a tenu à attirer l’attention de l’administration sur les conditions faites à ces nouveaux collègues lors de leur année de stage. Année de stagiaire de la fonction publique qui doit déboucher sur une décision de titularisation, ou de prolongation, ou de licenciement. Cette perspective classique pour tout nouveau fonctionnaire prend une dimension particulière avec les nouvelles conditions d’entrée dans le métier.
    Tout enseignant débutant dans sa première classe consacre un travail titanesque à celle-ci. Mais les PES, avec la pression de la titularisation de fin d’année et l’absence de préparation à la classe, y consacrent un temps encore plus important y compris pendant les périodes de vacances.
    Dans ce contexte, nous avons demandé que le peu de "formation" accordé soit donné, les 13 visites d’une demi-journée des IMF (avec entretien court après, un IMF devant visiter au moins 2 PES) ne représentent que la moitié des 13 journées de "formations sur le terrain" dues à chaque PES.
    Quant au contenu de formation donné par les IEN lors des 8 journées de formation à l’IUFM, il est relativement déconnecté des situations rencontrées sur le terrain, l’obtention du C2i est une préoccupation prégnante et très éloignée de la pratique de la classe au quotidien. Les stagiaires souhaitent d’autres regroupement pour avoir des échanges sur leurs pratiques.
    L’IA a souligné qu’elle était intéressée par cette option.
  • Enseignants référents
    Le SNUipp a évoqué la charge de travail de ces collègues. Ils s’occupent en moyenne de 220 dossiers MDPH (contre l’objectif de 100 dossiers par Ens Ref fixé par le ministère). Sachant que chaque dossier représente au moins 1 équipe éducative, qu’il y a 36 semaines d’école et qu’il convient de garder 2 jours par semaine pour le suivi des dossiers, combien faut-il faire d’équipes éducatives par jour ?
    Ceci n’est pas un problème issu des évaluations CM2 !
    L’IA nous a confié que cette situation la préoccupait et que M. Landau, IEN ASH, travaillait sur le sujet !
    Avec quels moyens nouveaux sur les 15 suppressions de postes ?
  • Réunions d’information syndicale (RIS)
    Une première, l’IA a reconnu le droit des enseignants de participer à une RIS sur leur temps de travail. Il en résulte que tout collègue qui participerait à ces réunions pourrait décompter ce temps de ses 108 heures (dans la limite de 6 heures).
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |