Retour accueil

Formateurs du premier degré : un enjeu au sein des ESPE

lundi 13 mai 2013

Un enjeu d’avenir

PDF - 333.1 koUn des défis des ESPE est de mieux professionnaliser les enseignants. A ce titre, la place de formateurs issus du corps des PE au sein des équipes de formateurs des ESPE a été unanimement reconnue indispensable par l’ensemble des acteurs de la concertation sur la refondation de l’école. Aujourd’hui, il faut changer la donne d’autant que l’avenir des personnels du premier degré au sein des ESPE semble très variable d’une académie à une autre. Dans les IUFM, un trop petit nombre d’enseignants des écoles avaient accédé à ces postes, en service partagé (mi-temps) ou à plein temps, alors que la légitimité de leurs enseignements était totalement reconnue. La masterisation a ensuite trop souvent écarté les formateurs du premier degré, réduisant ces derniers à un rôle de tutorat des débutants.

La reconstruction d’une véritable formation professionnelle avec la création des ESPE doit être l’occasion de redonner toute leur place aux PEMF et CPC, formateurs de terrain reconnus par un récent rapport de l’Inspection générale comme « personnels ressources ».

Il faut du concret maintenant !

Redéfinition des missions, reconnaissance des fonctions avec du temps et une revalorisation indemnitaire, valorisation des qualifications, développement de leur expertise par des formations de formateurs s’appuyant sur un référentiel de compétences du métier de formateur d’enseignant…

Il faut aussi penser à l’avenir.

Des formateurs du premier degré doivent pouvoir entrer à l’université pour s’inscrire, voire conduire des travaux de recherche et alimenter ainsi les formations initiale et continue avec de nouveaux savoirs professionnels sur le primaire. A ce titre, les 1000 postes programmés pour l’enseignement supérieur, devraient pouvoir aussi bénéficier à des formateurs du premier degré.

Formateurs, bel et bien un enjeu d’avenir pour l’école primaire !

Sur tous ces aspects, le SNUipp-FSU est intervenu et continue d’intervenir pour que l’expertise et la place des formateurs du premier degré soient pleinement reconnues dans la formation des enseignants au sein des futures ESPE. Rien n’est joué. C’est pour cette raison que nous avons décidé de publier ce 4 pages qui balaie les principales exigences que nous défendons avec vous pour la formation et votre métier de formateur.
Vous pouvez compter sur le SNUipp-FSU pour faire avancer ce dossier essentiel. La priorité à l’école primaire, c’est aussi se doter d’une formation permettant d’accéder aux savoirs professionnels propres à l’école primaire.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |