Retour accueil

CDEN du 17 novembre 2015

mercredi 18 novembre 2015

Le Comité Départemental de l’Education Nationale réunit les représentants de toute la communauté éducative :
- co-présidé par le Préfet (représentant l’Etat) et le Président du Conseil Général
- des conseillers généraux
- des maires
- un conseiller régional
- les représentants des personnels (dont 4 de la FSU)
- les représentant des parents d’élèves (FCPE)
- des représentants du monde associatif
- un représentant des DDEN

Cette réunion du 17 novembre avait pour objet le bilan de la rentrée scolaire.
Après une minute de silence demandée par la DASEN qui représentait le Préfet, la FSU a été la seule organisation à faire une déclaration suite aux évènements dramatiques du 13 novembre.

Dans notre déclaration, nous nous interrogeons sur le fait qu’une grande partie des acteurs des massacres sont de jeunes français passés par nos écoles. Nous demandons que la politique éducative, culturelle et que l’encadrement de la jeunesse en général soient renforcés. Que plus un jeune ne se sente exclu.
La FSU a rappelé les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité qui ont été attaquées. Enfin, elle a souligné la qualité et l’importance des services publics de secours, de santé et de sécurité dans ces moments difficiles. Tout comme les enseignants qui ont su aborder ces sujets avec leurs élèves le lundi matin.
Lire la déclaration.

Bilan de rentrée :

Dans le 1er degré, cette année la Mayenne enregistre une nouvelle baisse de ces effectifs (- 298 élèves).
- Cette baisse des effectifs est régulière depuis 5 ans, alors que la population dans le département avait tendance à croître.
- Au regard de la démographie par classe d’âge en maternelle, on se rend compte que la population scolaire baisse.

Une tendance semble s’être dessinée depuis le début de la crise économique : une diminution de la population active, donc avec enfants, en Mayenne. Les personnes ayant perdu leur emploi se déplacent vers des territoires plus "attractifs".

Le rapport entre l’enseignement public et l’enseignement privé reste équivalent 2/3 - 1/3. Mais on note deux tendances :
- une évolution préoccupante de la maternelle, surtout dans la scolarisation des moins de 3 ans,
- une légère fuite vers le privé au niveau de chaque année de l’élémentaire. La DASEN a nié tout effet des rythmes scolaires. Cette fuite représente malgré tout en élémentaire l’équivalent de la baisse des effectifs.
voir document

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |