Retour accueil

Mouvement : les chiffres donnent tord au ministre !

mercredi 5 juin 2019

Le coup de force de Blanquer pour imposer de nouvelles règles aux mouvements départementaux est démenti par les statistiques :

  • moins de collègues à participer,
  • moins de collègues nommés en fin de mouvement,
  • plus de collègues sans postes.

Avec 377 collègues participant, c’est 23 de moins qu’en 2018. Ce sont bien sûr, 23 collègues titulaires de leur poste qui n’ont pas osé cette année.

Les collègues sont nommés :

  • 5 sur un vœu géographique ;
  • 6 sur un vœu large ;
  • 3 sur la détermination géographique à partir du 1er vœu.
    Ces chiffres montrent le ridicule du système imposé par le ministre, 14 collègues (moins de 6% des nommés) le sont par le jeu des algorithmes.
    Les années précédentes, ces collègues étaient appelés et pouvaient encore faire un vœu parmi les postes restants. Certes le choix était douloureux.
    Le SNUipp-FSU demande le retour à un mouvement en 2 phases de saisie de vœux.

Une mesure a vraiment eu des conséquences sur le mouvement, c’est la multiplication des postes de TRS qui ont fortement diminué les choix des collègues parmi les postes fractionnés.
L’année scolaire prochaine, il faudra surveiller les conséquences sur les conditions de travail de ces constitutions de postes.
Le SNUipp-FSU n’est pas favorable aux postes de TRS à partir d’une base fixe de 25%.

Autre conséquence de cette mesure et de l’outil informatique livré très tardivement, un accroissement de la charge de travail pour les personnels administratifs. Un accroissement de travail pour les élus du personnels qui ont vérifié et corrigé de nombreuses données.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |