Retour accueil

Vous êtes actuellement : Commissions  / CAPD 


CAPD du 5 mars 2020

jeudi 5 mars 2020

Ordre du jour :
- Avancement accéléré des P.E.
- Liste d’aptitude aux fonctions de directeur d’école.
- Questions diverses.

- Lecture de notre déclaration .

1- Avancement accéléré des P.E. aux 7e et 9e échelons :

- 7e échelon : 41 promouvables. 12 promu.es.

Pour le SNUipp-FSU, il faut que que ces promotions soient représentatives du ratio femmes/hommes de la profession. En effet, notre profession est très fortement féminisée (plus de 80% de femmes). Mais des femmes sont pénalisées, du fait de carrières interrompues pour cause de maternité par exemple. D’ailleurs, on constate que le pourcentage d’hommes augmente dans les échelons les plus élevés et parmi les personnes éligibles à la hors classe et à la classe exceptionnelle. C’est la 2e année que ce ratio s’applique. Le résultat du vote demandé par une autre organisation syndicale confirme le choix d’appliquer ce ratio (résultat du vote : 9 pour, 1 contre.) Ainsi, sur les 12 promu.es, il y a 10 femmes et 2 hommes.

- 9e échelon : 64 promouvables. 19 promu.es (15 femmes et 4 hommes). Dans ce cas, le respect de la proportion hommes/femmes de la profession a permis à un homme d’être le dernier promu.

Pour savoir si vous êtes promu.e, n’hésitez pas à vous adresser à nous !

2- Liste d’aptitude aux fonctions de directeur d’école :

21 collègues candidats, 2 annulations, 1 avis défavorable (mais cette personne pourra représenter sa candidature ultérieurement).

3- Questions diverses :

Demande du SNUipp-FSU : récupération des temps de réunions supplémentaires pour les directrices et directeurs.

Lors des réunions de "libération de la parole"avec leur IEN, les directrices et directeurs ont fait part de leur surcharge de travail ( tâches diverses et réunions nombreuses avec l’institution, les partenaires ou la municipalité). De ce fait, elles/ils manquent de temps. Or, cette réunion pour libérer la parole s’est déroulée sur la base du volontariat, hors temps d’enseignement. Ces réunions étaient certes nécessaires et bénéfiques : les directrices et directeurs présents ont eu le sentiment d’être écoutés par leur IEN. Mais ils ont dû prendre du temps pour pouvoir y aller, alors qu’ils en manquent déjà... Il serait donc paradoxal que les directrices et directeurs présents ne puissent pas récupérer ces heures. C’est pourquoi le SNUipp-FSU a proposé aux collègues concernés de récupérer ces heures sur une animation pédagogique librement choisie :

Le SNUipp-FSU national avait demandé au ministère que ces réunions soient organisées sur temps d’enseignement, avec remplacement et a refusé que les 108h, déjà insuffisantes, servent encore de variable d’ajustement. En effet, il serait paradoxal que ces réunions visant à parler de la surcharge de travail des directeurs-rices constituent en elles-mêmes du temps de travail supplémentaire.

Le ministère a répondu par la récupération sur une animation pédagogique librement choisie.

Un IEN a invité les directrices et directeurs de sa circonscription à des ateliers . Ces collègues ont refusé de participer aux ateliers, puisqu’ils manquent déjà de temps. En revanche, les thèmes proposés leur paraissent intéressants et ils souhaitent pouvoir en bénéficier, mais sur temps d’enseignement. L’IEN concerné annule ces ateliers mais le DASEN a évoqué la possibilité de proposer des temps de formation remplacés (O.F.C.) l’an prochain.

Les représentant.es du personnel élu.es à la CAPD, Isabelle Sablé-Leroux, Morgane Kerleau, Virginie Cougé et Stéphane Morand.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |